Le système publicitaire uniformise l’opinion

L’affiche du film d’Alain Guiraudie, « L’Inconnu du lac » (en salles le 12 juin) choque à Saint-Cloud et Versailles. Au point d’avoir été retirée de tous les panneaux d’affichage par Decaux.

En lire plus… (activez votre bloqueur de pub)

 

Le problème de la publicité, et on ne le répètera jamais assez, n’est pas le message véhiculé mais son intrusion et sa coercition.

Il faut réduire la taille de l’affichage pour obliger la publicité à respecter le droit de chaque récepteur à refuser un message. La communication est un échange: il y a un émetteur et un récepteur. Chacun des deux acteurs doit être munis de droits pour pouvoir se protéger. L’émetteur est défendu par la liberté d’expression, le récepteur est privé de liberté de réception et donc sans défense face à l’agression publicitaire.

Par cette faille constitutionnelle la publicité nous impose ses messages sans que la lois ne puisse protéger le récepteur de l’arbitraire.

Dans l’intérêt de sa propre survie, le système publicitaire met en place des instruments d’auto-régulation de  son opinion afin d’éviter que la majorité de la population n’exige son démantèlement. Il en résulte une uniformisation de l’opinion dans la sphère public qui écrase les opinions minoritaires, et donc une forme de dictature douce, comme c’est le cas à St-Cloud et Versailles.

C’est la démocratie qui s’en trouve attaquée.

Antonin

Leave a Comment